Appel des étudiants, chercheurs, professeurs et citoyens Italiens pour sauvegarder leurs droits fondamentaux.


Aux représentants des Institutions Politiques Européennes et Internationales.
Aux médias Européens et Internationaux.

Messieurs,

Comme vous avez pu entendre ces derniers jours, le cadre futur des Institutions Universitaires et Scolaires Italiennes vient d’être décide. Ces institutions sont à la base des structures sociales, civiles et culturelles de chaque pays démocratique. Elles sont les outils cléfs nécéssaires au progrès économique et à la mobilité sociale. De plus, elles sont la clef de voûte de la compétitivité d’une nation dans un monde globalisé.

Personne ne peut nier la nécéssité d’une réforme. Une réforme qui prévient le gaspillage, les favoritismes personnels et le népotisme, qui récompense le mérite, promeut la recherche, et distribue des encouragements et des facilitations aux professeurs qui mettent de l’effort, de la passion et de la compétence dans leur travail.

Pourtant, les mesures choisies et imposées par le gouvernement Italien à l’opposition parlementaire, et à sa propre majorité politique, ne voient pas suffisement loin pour ces institutions. Ce sont de simples coupes dans des budgets qui sont déjà dangereusement minces, qui ne vont pas seulement détruire le futur, déjà précaire, des chercheurs et professeurs, mais aussi celui des institutions scolaires en tant que tel, créant les pré-requis de leur déclin irréversible.

De cette réalité, les ministres de ce gouvernement ne semble pas, ou ne veulent pas, ou – on en a peur – ne sont pas capables d’en percevoir la gravité. Plutot qu’ouvrir un débat avec les experts représentant ce secteur, cherchant à atteindre un accord partagé sur une réforme, ils préfèrent accuser l’opposition démocratique de millions d’Italiens d’être des « terroristes », « ignorants », « paresseux », ou « instrumentalisés politiquement ».

Ces accusations montrent tout l’aveuglement politique de quelqu’un qui peine à réaliser qu’un réel mouvement d’opinion se dresse devant lui. Un mouvement qui est extrèmement bien informé, qui juge du mérite de telles mesures, qui est complètement pacifique, en aucune manière démagogique ou politisé, et qui trouve des méthodes et des lieus innovants pour exprimer leur désaccord, tel que la « cause » Facebook « A favore dell’istruzione e della ricerca! No alla Legge 133/08 (In Favor of Education and Research!Against law 133/08)”, visible sur la page: http://apps.facebook.com/causes/122796?m=b7b99169&recruiter_id=16498186
Cette cause a déja surpassé les 100.000 membres.

Il s’agit d’une géneration de citoyens qui se sont unis spontanément, qui discutent et s’accordent sur les formes non-violentes que la protestations peut et doit prendre sur le territoire national, qui ont une vision claire des risques présents et futurs, et qui, tristement, ne se sentent pas représentés par les institutions démocratiques. Au contraire, ils sont même forcés de se sentir menacés de violences physiques par les déclarations du Premier Ministre (documenté sur la video suivante, ou le PM menace de faire intervenir les forces de l’ordre contre les étudiants qui protestent: http://www.youtube.com/watch?v=s9TsTcKwIWM&feature=related ), en plus d’être quotidiennement et publiquement dénigré par ce même premier ministre et par les membres de son gouvernement. Pas un jour ne passe sans que le gouvernement n’essaye de convaincre la population Italienne que ses enfants, – les « cerveaux » de ce pays – sont stupides et incapables de comprendre la sagesse de ses décisions. Et, pire encore, qu’ils sont des terroristes potentiels dont l’action doit être étouffée avant qu’elle ne commence.
Il est clair que le gouvernement, conscient de l’impossibilité de defendre honnêtement ses propres interventions, cherche par tout les moyens de politiser un mouvement d’opinion, qui en réalité, est tout sauf politique, pour pouvoir éviter la confrontation. Nous avons peur que, pour atteindre ce but, les déclarations irresponsables de politiciens pourraient se concrétiser en une réaction violente contre cette opposition.

A cause de tout ceci, parce que nous croyons et sentons que nous sommes capable de contribuer au bien-être commun de ce pays (que nous aimons) beaucoup plus que ceux qui gouvernent ne veulent le reconnaître, parce que nous craignons que l’objectif premier de nos représentants parlementaires est la protections des droits et privilèges acquis par les générations passées plutot que la construction de garanties pour le futur ( Cette attitude est présente aussi dans la récente opposition Italienne contre le programme Européen de réduction des émissions poluantes).

A cause de tout ceci, nous adressons cet appel pour demander l’attention et la solidarité des étudiants, professeurs, chercheurs, de l’opinion publique, des représentants politiques des pays Européens et Non-Européens, pour protéger la liberté de penser et la liberté d’expression en Italie. Pour protéger ces lois constitutionnelles de démocratie parlementaire pour que –en commençant par le système académique – un futur décent puisse être assuré a ce pays et a son peuple.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s